NaSoNgo

12218266_509190995914828_1937171370_oNasongo 2Nasongo 9 Nasongo 8Nasongo 5Nasongo 4Nasongo 1Nasongo 3

Photographe : @Mattglm_aka_wong  –   Graphiste : Laura Hernandez

Le week-end dernier, nous avons eu la chance de rencontrer Sonja, la créatrice des jolis sacs que vous venez de découvrir. Lancée depuis mars 2015, la marque, NaSoNgo, propose déjà une offre assez large. Cela est d’autant plus impressionnant lorsqu’on sait que tout est fait-main et que Sonja travaille seule ! Si vous voulez voir plus de modèles je vous invite à cliquer ici ! Sur ce, je vous laisse découvrir le visage de la créatrice à travers cette interview :

Quelles études avez-vous faites ? Quel est votre parcours ? Comment avez-vous eu l’idée de créer votre propre marque ?

J’ai étudié le Design Industriel à l’Akademie der Bildenden Künste en Allemagne, où j’ai obtenu mon diplôme en 2012, avec un projet proposant une expérimentation sur la chaussure en cuir qui tentait de développer un mode de fabrication minimaliste.

Mon diplôme en poche, je suis allée suivre un cours intensif de cordonnerie à Amsterdam, auprès d’une créatrice, qui m’a enseigné les techniques de fabrication traditionnelles qui me manquaient. En échange, j’ai été son assistante et l’ai aidé dans sa production de sacs et de sacs-à-mains.

J’ai ensuite développé une petite collection de chaussures en combinant les compétences acquises pendant mes études et les techniques de fabrication traditionnelles, avec l’aide de cordonniers et de cordonniers orthopédistes.

Travailler avec le cuir m’a naturellement amenée à fabriquer des sacs et accessoires, un peu comme un hobby, que j’ai perfectionné par la suite. Ne pouvant m’arrêter de produire,

j’ai commencé à accumuler des sacs que j’ai d’abord donnés en cadeaux à des proches, et après quelques temps, des amis ont commencé à me commander des sacs personnalisés, que j’ai réalisés avec plaisir. Il m’a fallu trois ans pour trouver le courage de créer officiellement NaSoNgo, mais je suis aujourd’hui très heureuse de vivre de ma passion.

Travaillez-vous seule ? Cette marque, est-ce votre travail à temps plein, votre hobby ? 

Je suis en charge de la création, de la fabrication, des achats, de la communication, du marketing, du contrôle-qualité et des ventes. Bref, je travaille seule et à plein-temps. 🙂

Portez-vous, vous même vos propres créations ?

Toutes mes créations ont découlé d’un besoin personnel. Je porte donc un exemplaire de chaque modèle, et décide de les commercialiser par la suite si j’en suis satisfaite.

Par exemple, je propose deux types de Shoppers: SHOPPER et CABAS, féminins et spacieux, pour un usage de tous les jours. On peut y associer (en option) une petite pochette intérieure pouvant contenir les petits objets importants, réduisant le chaos inévitable d’un grand sac à main. 🙂

Je propose aussi deux modèles de sac à main/clutch. Le premier, nommé PATCH_CLUTCH, est un modèle funky et coloré, qui présente deux faces de cuir différents et qui est réversible. On peut le plier en deux, en choisissant la face qu’on veut rendre visible, le porter plié en bandoulière en y accrochant  une chaîne ou lanière, à la main comme un clutch, ou encore déplié comme un sac de courses… Il s’adapte donc à un maximum de situations de la façon la plus simple possible.

Le modèle ENVELOPPE, quant à lui est un modèle de clutch/sac à main qui existe en trois tailles différentes. C’est un modèle à bas prix qui peut aussi servir de pochette d’ordinateur, d’IPad ou d’IPad mini.

Enfin, le MESSENGER est une version unisexe et sportive d’un sac de ville ou d’une sacoche d’ordinateur, disponible en 5 tailles, pour tout types d’usages.

Bien entendu, je suis aussi à l’écoute des envies de mes clients, ce qui me permet de créer des modèles uniques et personnels.

Comment les cuirs sont-ils sélectionnés ?

La beauté du cuir vient du fait que c’est un matériau chaleureux et vivant. Chaque pièce raconte une histoire à travers ses propres caractéristiques et parfois même de petites cicatrices, qui ne doivent pas être perçues comme des défauts, mais comme les signes de l’authenticité et de la singularité du matériau. Il ne faut pas oublier qu’un cuir est la peau d’un animal, et doit donc être traité avec respect et dignité.

J’essaye d’utiliser l’intégralité de mes pièces de cuir. Avec les chutes des sacs, je fabrique de petits accessoires assortis à ceux ci, et avec les chutes de ces accessoires j’expérimente à la fabrication de bijoux.

Je n’achète que des cuirs européens, et principalement de vache et de chèvre. Je m’assure ainsi de la qualité du tannage, du fait qu’il présente le moins possible de risques pour l’environnement, et que les animaux n’ont pas été élevés exclusivement pour leur peau.

Les méthodes de traitement modernes permettent d’avoir accès à une grande variété de textures et styles, que ce soit par frappage, perforage ou même peinture, me permettant d’utiliser des cuirs de vache ressemblant à des peaux de serpent, alligator ou autruche par exemple.

Les peaux, que je choisis moi-même, sont des pièces uniques, issues de surproductions et qui auraient été jetées. En un sens, c’est presque du recyclage, bien que ces pièces soit neuves et de haute qualité.

Les pièces métalliques sont toutes achetées à Paris, et la plupart sont fabriquées en France.

Comment vos sacs sont-ils fabriqués ?

Les sacs et accessoires NaSoNgo sont tous, sans exceptions, fabriqués par moi-même.

Chaque couture est faite sur ma machine et finie à la main, les chaînes de métal et cuir sont tissées et cousues à la main, et chaque rivet est pressé à la main.

De cette manière, je peux garantir la qualité et la durabilité de chacune des pièces que je vends. Grâce à la grande qualité des cuirs que j’utilise, les sacs ne nécessitent pas de doublage. Ces peaux sont agréables des deux cotés, au toucher, au regard et à l’odeur. Je tiens à ce que mes clients ressentent autant de plaisir à utiliser leurs sacs que j’en ai eu à les fabriquer.

En conséquence de ce choix, les coutures des poches intérieures sont visibles à l’extérieur du sac. J’appelle cela un «design honnête» : cette pratique rend d’autant plus indispensable une qualité et une finesse maximale.

Quelles sont vos sources d’inspirations ? 

En tant que designer industrielle, j’adore expérimenter et réinventer le sens et l’utilité des choses. Je ne suis pas très fan de la déco pour la déco. Cela rend mes créations sobres, mais parfois drôles et surprenantes, car j’aime les couleurs vives et les combinaisons non conventionnelles.

J’essaie de ne pas copier les dernières tendances. Certaines influences sont inévitables et positives, mais je suis mes propres goûts et je m’inspire de la vie de tous les jours, de mes amis.

Je réserve beaucoup de valeur au confort. L’ergonomie d’un design est extrêmement importante pour moi (par exemple la poignée du PATCH-CLUTCH ou la bandoulière du MESSENGER).

J’adore les solutions simples et intelligentes qui me permettront de relier un élément d’un sac à un autre par exemple. Ces petits détails font selon moi la différence entre un bon design et quelque-chose de simplement décoratif.

Le monde de la bagagerie vous passionne-t-il depuis toujours ? Y a-t-il une marque de sacs qui vous touche plus que les autres ?

Je suis passionnée par la création en général. Toute petite, j’adorais concevoir et coudre. Mon grand père était cordonnier, et j’ai toujours certains de ses outils.  Je travaille avec tous les jours, ce qui me permet de me sentir proche de lui.

J’ai toujours aimé fabriquer ce dont j’avais besoin moi même, que ce soit du mobilier ou des vêtements, et j’ai toujours adoré disposer de ce qui correspond parfaitement à mes besoins et envies, c’est-à-dire des choses je ne pouvais pas toujours acheter.

Je trouve difficile de nommer une marque particulière. Bien sûr, j’admire beaucoup de grandes marques comme Chanel, Bottega Venetta, Prada ou Céline, pour ne citer qu’elles.

Bien que ce soit très différent du mien, j’aime beaucoup le travail des marques allemandes BREE et PB0110, j’ai récemment été très amusée par le «Clip Bag» du designer industriel Peter Bristol. Et j’aime presque tout ce que fait la Maison Margiela.

Rose-Marie Dubois

Publicités

2 réflexions sur “NaSoNgo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s